fbpx

Ca sera mieux après ?

Les deux questions que l’on me pose le plus

Les deux questions que l’on me pose le plus pendant cette crise COVID, c’est :

  • Est-ce que ça va revenir comme avant ?
  • Est-ce que cela sera mieux après ?

Je vous propose de répondre à ces deux questions en utilisant la grille de lecture que nous offrent les théories du chaos.

Pourquoi je me sers des théories du chaos ?

Pourquoi les théories du chaos ?

Parce que c’est une des grilles de lecture les plus récentes à notre disposition pour comprendre le monde 🙂

Et aussi et surtout parce le monde est devenu chaotique au sens scientifique du terme !

De tout temps, l’être humain a utilisé essentiellement (pas uniquement) 3 grilles de lecture pour comprendre le monde et interpréter le sens de sa vie :

  • Les religions et les spiritualités
  • Les sciences
  • La philosophie

Selon les lieux et les époques, c’est plutôt une de ces approches qui a dominé. C’est plutôt la religion qui a dominé au cours des 2000 dernières années puis la science depuis 150-300 ans.

Et à chaque évolution de la religion (de l’animisme au polythéisme au monothéisme par exemple), ou à chaque évolution de la philosophie ou des sciences, notre vision du monde a évolué !

Avec Newton, le monde et le cerveau sont vus comme des machines.

Avec l’apparition de l’ordinateur, le cerveau est vu… comme un ordinateur.

On a pensé que la terre était plate, puis au centre de l’univers, puis un grain poussière au milieu de l’infini…

 

 

Avec le recul, on peut dire qu’à chaque fois on se trompe !

Et en même temps à chaque évolution des religions, de la philosophie ou des sciences, on a souvent fait un bond en avant dans la compréhension du monde et du sens de notre vie.

C’est pourquoi je vous propose d’utiliser le nec plus ultra des sciences : aujourd’hui ce sont les théories du chaos et de la complexité !

Alors…

Est-ce que ça va revenir comme avant ?

Non, parce que cela n’est déjà plus comme avant ! On a déjà passé un certain nombre de seuils.

Regardez le travail à distance. Si on projette les courbes d’avant le COVID, il aurait fallu 20 ans pour arriver à ce qui est en train de se mettre en place…

On a eu 3 mois d’essai gratuit et obligatoire !

Et on ne va certainement pas revenir complètement en arrière.

Bien sûr, pour beaucoup de personnes, le travail à distance disparaît après la crise et tout revient comme avant pour eux. Mais le simple fait que pour 10 ou 20 % des gens le travail à distance devient une partie importante de leur vie professionnelle (et donc personnelle) change la réalité pour nous tous. Un seuil est passé…

De même, le simple fait de savoir que certaines choses se sont produites transforme notre manière de penser. Même si on peut croire que l’on va aller à la plage et oublier le confinement, quelque part dans notre cervelle on sait que cela s’est produit et que donc cela peut se reproduire.

Si l’on peut vivre avec l’illusion que l’on a oublié, on ne peut pas réellement et complétement oublier ce qui s’est passé.

Des seuils ont été passés : ce qu’on appelle dans les théories du chaos des Tipping Points.

Avant même la crise due au COVID, parce que l’on a jamais été aussi nombreux, aussi connectés, et qu’un certain nombre de phénomènes s’accélèrent (par exemple la diffusion de l’information), on est rentré dans une phase dite chaotique. La principale caractéristique, de cette phase est l’auto-amplification, l’effet boule de neige, appelé effet papillon dans les théories du chaos : un petit changement peut entraîner des conséquences gigantesques.

 

 

Bien sûr, il y a déjà eu des crises avant celle-ci ! Il y a aussi déjà eu des pandémies dont certaines ont été beaucoup plus meurtrières. La différence avec ce que nous avons vécu (et sommes encore en train de vivre), c’est l’échelle et la vitesse : aucune pandémie, aucune crise, n’a mis à l’arrêt la moitié de la population mondiale en quelques semaines !

Aucune transition n’a impacté autant d’être humain en si peu de temps.

Crises cycliques et crises systémiques

Avant on parlait de crises cycliques : c’est le phénomène de la bulle. Ça monte, ça monte, ça monte, puis la bulle explose. Et ça recommence…

Il y a bien sûr toujours des crises cycliques. A celles-ci se superposent des crises appelées systémiques ou polycrises.

Ainsi, on a une crise sanitaire qui entraîne une crise économique qui elle-même entraine une crise sociale (cf. les protestations aux USA) qui peut entrainer une crise politique, etc.

Si on reprend l’exemple du télétravail, sa généralisation peut entrainer une diminution en besoin de bureaux, donc une crise de l’immobilier commercial, ou encore une crise de la restauration collective, qui peuvent elles-mêmes venir aggraver une crise économique qui peut alors entrainer une autre crise politique et sociale, etc.

Donc, non, cela ne va pas revenir comme avant, en tout cas dans un certain nombre de domaines.

Pour voir venir et comprendre les changements sociétaux qui vont avoir le plus de conséquences, je vous invite à rechercher et à observer les phénomènes qui s’auto amplifient comme des boules de neige… qui peuvent à un moment entraîner des avalanches !

Est-ce que cela sera mieux après ?

Ça dépend !

D’après les théories du chaos, une fois que l’on a passé le Tipping Point, les choses ne peuvent pas revenir à l’équilibre précédent.

Et j’ai une mauvaise nouvelle et une bonne nouvelle…

La mauvaise nouvelle : après la phase dite chaotique (celle où il y a les phénomènes d’auto amplification), il y peut avoir un effondrement. Le système s’écroule. C’est la deuxième loi de la thermodynamique : tout redeviendra poussière. Des organisations, des entreprises, et même la civilisation peuvent s’effondrer.

Et la bonne nouvelle ?

Après la phase dite chaotique, il peut aussi y avoir émergence d’un nouvel équilibre, d’un nouveau système, toujours plus complexe que le précédent.

On parle parfois de changement de phase. Edgar Morin parle lui de métamorphose. Dans les théories du chaos, on parle d’émergence ou encore de bifurcation.

On peut voir après la phase chaotique l’émergence de nouvelles entreprises, de nouvelles organisations sociales, de nouvelles manières de vivre ensemble, et peut-être même l’émergence d’une nouvelle civilisation !

Attention, une émergence, cela ne veut pas dire la disparition de tout le système précédent…

Au contraire, quand il y a émergence, le nouveau système transcende et inclus des éléments du système précédent : comme mon corps qui comprend des organes qui eux-mêmes comprennent des cellules, qui elles-mêmes comprennent des molécules qui comprennent des atomes, etc.

Alors, oui cela peut-être mieux qu’avant si on est du coté de l’émergence.

Il y a les collapsologues (et ils ont raison, on l’a vu, le système peut s’effondrer), moi je suis plutôt un émergeologue !

Oui ET non !

Une autre chose que l’on me demande beaucoup en ce moment, c’est : est-ce qu’il ne peut pas y avoir effondrement ET émergence ?

La réponse, c’est oui ET non !

Dans la vraie vie, il n’y a pas qu’un seul système, il y en a plusieurs. Je suis un système (l’ensemble de mes cellules), ma famille est un système, mon entreprise est un système, la France est un système, l’humanité est un système, etc.

D’après les théories du chaos, pour chaque système, c’est soit l’effondrement, soit l’émergence. Soit l’un soit l’autre.

Donc oui, il y a des systèmes qui s’effondrent (c’est parfois une bonne nouvelle) ET d’autres qui émergent.

Vous n’avez jamais eu autant de pouvoir !

Alors, oui, je crois que le monde d’après peut être meilleur que le monde d’avant surtout si on a les bons outils pour observer et agir dans ce monde plus incertain.

Et en plus, nous n’avons jamais eu autant de pouvoir pour faire changer les choses !

Dans le monde d’avant, pour faire changer les choses, il fallait être très puissant, très riche ou être très nombreux et faire la révolution.

Dans le monde d’aujourd’hui, parce qu’il est devenu chaotique, grâce à l’effet papillon : individuellement, ou quel que soit la taille de sa société, de son équipe, on n’a jamais eu autant de pouvoir pour faire changer les choses.

 

 

Alors, pour nous aider à la fois à traverser ces crises et favoriser les émergences, on peut utiliser, les théories du chaos pour nous aider à prospérer dans ce monde plus incertain. On pourra alors être plus résilient et même profiter des crises.

Le chaos, c’est pas le bordel !

Les théories du chaos peuvent nous aider à avoir plus de pouvoir dans ce monde incertain si on comprend que :

Le chaos, c’est pas le bordel !

Ainsi, l‘effet papillon peut nous aider à comprendre et même à utiliser les effets d’auto-amplification. L’effet papillon peut aussi nous aider à identifier quels signaux faibles sont significatifs : ce sont ceux qui créent des phénomènes boule de neige.

Les images fractales, quant à elles, peuvent nous aider à voir émerger les nouveaux marchés et les nouveaux comportements.

L’attracteur étrange des théories du chaos peut lui nous aider à aller où on veut dans un monde imprévisible comme je le montre dans cet article.

Le monde change, il se métamorphose et cela peut être une excellente nouvelle si on a les bonnes lunettes et les bons outils !

Alors non, cela ne sera pas comme avant. Et oui cela peut-être mieux après !

Alors, est-ce que vous aussi vous voulez être un.e émergeologue ?

You may also like

2 comments

  • Michel 24/07/2020   Reply →

    Chaque matin émerge un nouveau jour
    Et j’émerge de mes songes.
    Et je songe à mes rêves.

    • brunomarion 24/07/2020   Reply →

      Merci beaucoup Michel. J’adore !

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.