fbpx

Trois enjeux de civilisation ?

Émergence ou effondrement ?

Comme je le décris dans cet article, le chaos “c’est pas le bordel”, il y a dans le chaos un ordre caché : ce qu’on appelle un attracteur étrange.

Les théories du chaos peuvent ainsi nous aider à identifier les “patterns”, les ordres cachés dans les événements qui parfois nous paraissent “chaotiques” ou sans avoir de sens ni de direction.

Nous savons également, comme je le montre dans cet article, qu’après ce qu’on appelle la phase chaotique, il va se produire soit un effondrement du système observé soit, au contraire, l’émergence d’un nouvel équilibre, d’un nouveau système, toujours plus complexe que le précédent.

Parce que nous avons dépassé le tipping point dans un certain nombre de domaines (les inégalités sociales par exemples : plus on est riches plus on est riches, plus on est pauvres plus on est pauvres), je crois que nous sommes soit à l’aube de l’effondrement de notre civilisation telle que nous la connaissons (c’est la vision des collapsologues), soit au contraire à l’aube de l’émergence d’une nouvelle civilisation (c’est ma vision, celle d’un émergeologue).

Trois enjeux de civilisation

Je voudrais vous inviter à observer trois enjeux de civilisation qui je crois sont des signes de la possible émergence d’une nouvelle civilisation, ou en tout cas de la fin d’un système :

  1. Un enjeu social et philosophique : individu / groupe
  2. Un enjeu social et politique : démocratie / technocratie
  3. Un enjeu social et générationnel : jeunes / vieux

Un enjeu social et philosophique : Individu / Groupe

Parce que j’ai beaucoup vécu en Asie, j’ai beaucoup observé les différences entre les pays asiatiques et occidentaux. J’ai écrit plusieurs livres à ce sujet.

Une de ces différences culturelles me semble prendre une importance toute particulière actuellement : la différence entre l’individualisme occidental et le coté plus groupe et collectif des cultures asiatiques.

Pour des tas de raisons liées entre autres aux différences de religions et de philosophies, les cultures occidentales mettent plus en avant l’individu quand les cultures asiatiques mettent plus en avant le groupe.

Mon observation est ici bien sûr très générale, au niveau de la culture et n’empêche pas les différences au niveau de chaque individu quel que soit la lecture. Aussi, avant de décrire des différences culturelles, il est important de rappeler que les caractéristiques d’une culture sont une question de statistiques.

On peut en effet identifier dans les comportements d’un individu au moins trois niveau d’influence :

  • L’universel : quel que soit leur culture, la plupart des personnes s’inquiètent pour leurs enfants, ont une certaine forme de peur ou d’interrogation sur la mort, etc.
  • Le culturel : statistiquement (c’est le mot important), un groupe peut partager un certain nombre de comportements et de valeurs, c’est justement qu’on appelle la culture de ce groupe
  • L’individuel : quel que soit sa culture d’origine ou d’appartenance, chaque individu garde des comportements et des valeurs qui lui sont propres et pas forcément partagés avec les autres membres de son groupe. On verra par exemple plus loin l’importance de l’aspect générationnel sur les valeurs et les comportements au sein d’une même culture

Chaque culture possède des avantages et des inconvénients (de mon point de vue… vous avez bien sûr le droit de ne pas être d’accord selon vos propres valeurs) :

Individualisme occidental :

  • Aspects positifs : respect de l’individu, promotion du génie individuel, droits de l’homme… et de la femme, droit des minorités, possibilité de s’accomplir individuellement
  • Aspects négatifs : égoïsme, égocentrisme, narcissisme, promotion de la réussite individuelle, de la réussite personnelle, de la découverte et de l’accomplissement de “soi”

 

 

Groupe-collectif asiatique :

  • Aspects positifs : Respect du groupe, du collectif
  • Aspects négatifs : l’individu peut être écrasé par le groupe, absence ou difficulté de créativité individuelle, l’individu doit s’effacer devant les intérêts du groupe

Par exemple, avant de rentrer dans la piscine, l’occidental se douche à peine (il faut d’ailleurs lui rappeler que c’est obligatoire…) et se douche précautionneusement après. L’asiatique se douche précautionneusement avant de rentrer dans la piscine pour ne pas la souiller…

 

 

Autre exemple, la plupart des restrictions liées COVID-19 dans les pays occidentaux ont entrainé réticences, résistances voire manifestations. A l’inverse, en Corée du Sud, en Chine, à Hong Kong, à Taiwan ou à Singapour, les mesures très strictes, par exemple de quarantaine et de traçage par téléphone ou GPS ne posent de problème à (presque) personne

 

 

Pour moi, ce qui ressemblerait assez à un effondrement de civilisation serait de choisit le pire des deux : une société d’individus hyper égocentriques et narcissiques (merci à Tik Tok et Instagram) dans une société de surveillance absolue (privée ou d’état, ou les deux)

A l’inverse, ce qui serait les prémisses d’une nouvelle civilisation plus harmonieuse serait de choisir le meilleur des deux : une société où chacun peut s’accomplir individuellement quelques soit sa personnalité et ses choix tout en contribuant avec joie à l’harmonie du (des) groupes auxquels il ou elle appartient

Pour aller plus loin sur ce sujet, je vous invite à lire ce que nous enseigne le vivant pour aller vers une civilisation plus harmonieuse.

Un enjeu social et politique : Démocratie / Technocratie

Lorsque j’avais 20 ans, et probablement depuis la fin de la la deuxième guerre mondiale, le monde était à peu près séparé en deux :

  • Le monde démocratique – capitaliste entrainé par les USA et le monde dit occidental
  • Le monde socialiste – communiste entrainé par l’Union Soviétique (la Chine n’était alors pas encore la puissance économique qu’elle est devenue)

C’est quoi la Guerre Froide ? 1 jour, 1 question

 

Il y avait aussi quelques pays qui se déclaraient “non alignés” et qui l’étaient plus ou moins…

Le choix paraissait alors clair pour beaucoup idéologiquement et géographiquement : les bons (nous) ou les méchants (eux).

Il me semble que le choix est aujourd’hui plus complexe et peut être résumé ainsi :

D’un côté des démocraties actuellement dans l’échec et qui n’arrivent pas à se réinventer. Les plus emblématiques de cette catégorie : les USA et l’Europe. Le phare de la démocratie dans le monde est bien délabré. Les taux d’abstention battent des records, le respect pour les élites dirigeantes est au plus bas, c’est le “dégagisme” qui règne sans vraiment proposer de nouvelle voie. Et les résultats des élections ne sont même pas forcément reconnus comme légitimes comme on l’a vu le 6 janvier 2021 aux USA ou, différemment, avec les Gillets jaunes en France.

La Fin de l’histoire de Francis Fukuyama, à savoir le succès supposé incontestable des démocraties capitalistes me semblent bien compromise.

 

 

De l’autre côté, ce que je vais appeler des technocraties de plus en plus triomphantes économiquement … Et de plus en plus arrogantes et qui n’hésite plus à promouvoir leur modèle (cf. la diplomatie des loups guerriers) tout en déclarant qu’ils ne cherchent à l’imposer à personne…. Les plus emblématiques de cette catégorie : la Chine et Singapour (et dans une moindre mesure l’Inde qui semble-t-il aimerait pendre ce chemin)

 

 

A nouveau, l’enjeux est de savoir si nous saurons prendre le pire ou le meilleur des deux. Dans un cas, le signe de l’effondrement d’une civilisation et dans l’autre les signes au contraire de l’émergence d’une nouvelle manière de vivre ensemble, d’une nouvelle civilisation :

  • Soit le meilleur des technocraties comme par exemple l’efficacité de leur administration et le meilleur des démocraties comme les libertés individuelles, le respect de la privée, le respect des minorités
  • Soit le délabrement social des démocraties actuelles plus la surveillance autoritaire des technocraties

La réponse n’est peut-être pas unique ! De mon point de vue, il s’agirat plutôt d’une sorte d’image fractale du monde avec diverses formes d’organisations politiques prenant le meilleur des mondes actuels tout en étant adaptées à la culture et à l’histoire locale.

Le monde et le Le Choc des civilisations selon Samuel Huntington :

Le monde selon Bruno Marion (LOL) :

Un enjeu social et générationnel :

Je suis frappé au cours de mes rencontres autour du monde de constater qu’il y a moins de différences entre un Chinois de 20 ans et un Français de 20 ans… qu’entre un Français de 60 ans et un Français de 20 ans ou un Chinois de 60 ans et un Chinois de 20 ans !

Et depuis au moins une dizaine d’années, j’observe dans de nombreux pays une sorte de scission entre deux mondes : celui des anciennes générations qui détiennent le pouvoir politique et économique et qui ne veulent pas le partager. Et d’un autre côté, un monde de jeunes éduqués, souvent plus urbains et surtout hyper connectés qui ne voient pas leur place dans ce monde.

De nombreux pays sont, ou ont été marqués par des manifestations entre le rejet d’un ancien monde et l’espoir d’un nouveau monde :

Vous remarquez l’accélération des événements au cours des dernières années ?

Et je dois sûrement en oublier, merci de me l’indiquer et je compléterai.

J’ai rencontrés certains de ces jeunes aux USA, en Thaïlande, à Hong Kong, en Égypte, en Pologne ou à Istanbul. Ce qui me frappe c’est qu’ils ont comme point commun qu’ils ne voient pas leur place dans l’avenir qu’on leur propose (si tant est qu’on leur en propose un).

Ils sont tous reliés entre eux. Ils ont souvent lu Comment faire tomber un dictateur (que je vous conseille). Ainsi, les jeunes birmans ou thaïs apprennent des manifestants de Hong Kong qui les ont précédés. Ils se nomment eux-mêmes L’Alliance des thés au lait.

 

 

Les jeunes générations, de plus en plus éduquées, de plus en plus informées, de plus en plus connectées, vont-elles accepter que les plus anciens continuent à garder tous les pouvoirs pour finalement leur laisser un monde délabré ?

Est-ce le début d’un nouveau Mai 1968 mondial ?

Le signe d’une nouvelle émergence ? Ou d’un effondrement ?

Et vous qu’en pensez-vous ?

Bien sûr, je n’aborde pas ici tous les enjeux dont certains ont fini par être évidents pour la plupart d’entre nous comme les enjeux climatiques, le risque d’effondrement de la biodiversité, l’accroissement des inégalités, etc.

Simplement, dans le tumulte de l’information, je vous invite à observer dans les prochains mois ces grands enjeux moins connus. Je crois qu’ils peuvent être des signes faibles ou forts d’un possible effondrement de notre civilisation ou au contraire de l’émergence d’une nouvelle civilisation, une nouvelle manière de vivre ensemble plus harmonieuse.

Et pour favoriser les émergences et faire partie de la tribu des émergeologues, je vous invite à lire ces 3 articles sur comment les théories du chaos peuvent nous aider, les 3 cadeaux du chaos :

Et vous qu’en pensez-vous ?

You may also like

4 comments

  • Schreier, Hans 12/07/2021   Reply →

    Bonsoir,
    Je suis un peu familier avec votre théorie du chaos à travers un de vos livres. En lisant l’article ci-dessus j’ai pourtant l’impression que nous allons vers un autre scénario :
    Les pouvoirs qui s’accrochent à leur pouvoir sont très fort et ne lâcheront rien qu’ils peuvent défendre. D’autre part, les bourgeons du monde nouveau que je vois de plus en plus nombreux pousser à beaucoup d’endroit n’ont que peu de pouvoir (pour le moment) et je pense en plus qu’ils n’ont pas le goût de la bataille.
    Je pense que les pouvoirs actuels nous manœuvrent dans une grande catastrophe – Covid (la grande arnaque gouvernementale concerné pour la santé de BigPharma, pas du tout de la population), climat (notre planète est surtout chauffé par le soleil), CO2 (ne concerne moins que 0.5% de l’aire et provient surtout de sources naturelles [mer, plantes, dégèle du permafrost, feux de forêt, volcans, etc.]), planche à billets (l’histoire humain ne contient aucun exemple ou cela a marché à long terme), système financier (totalement détaché de l’économie industriel), bureaucratie (gouvernemental aussi bien que dans le privée) – pour ne que nommer les plus importants. Cette catastrophe finira dans un grand désastre social.
    Cependant, je vois qu’après cet effondrement les bourgeons pourront bien repartir rapidement. Les recherches avancées de la physique quantique dans plusieurs domaines y aideront et vont aider à nous rendre conscient que le matériel et la monnaie ne sont qu’un accessoire d’une vie heureuse. Tout dépend des dégâts long terme fait pendant le grand crash. Ce sera le moment quand nous laisserons derrière nous les niveaux primaires de la pyramide de Maslow.

    Pour reprendre vos expressions : je suis à la fois collapsologues et émergeologue.

    Que pensez-vous de mes arguments ?

    • brunomarion 13/07/2021   Reply →

      Bonjour Hans,

      Merci beaucoup pour votre commentaire. J’aime beaucoup l’idée d’être collapsologue ET émergeologue car je crois que l’on rentre dans l’époque du ET plutôt que du OU…

      Je partage moins (ou pas du tout) vos remarques sur le COVID ou la climat 🙂

      Encore merci.

      Bruno.

  • Mariannick 28/07/2021   Reply →

    Bonjour Bruno et merci pour cet article qui éclaire une situation si complexe que l’on a tendance à perdre le fil.
    Je reconnais bien en effet une certaine incompréhension entre une génération de jeunes et celle des plus de 60 ans. La montée des réseaux sociaux a déclenché un tel bouleversement des habitudes que les anciennes générations qui n’ont pas grandies avec, se sentent dépassées. Je fais partie de la génération entre deux. Les 40 ans et plus et je navigue entre deux visions du monde. C’est peut-être comme ça qu’il sera possible de les réconcilier : en apprenant d’eux et en les rapprochant. Je pense que malgré tout le changement se fera pour le meilleur! La jeunesse a de tout temps secoué le cocotier des vieilles habitudes et le monde a évolué. Les réseaux sociaux sont aussi un outil de lutte. J’ai confiance en nos jeunes pour lutter pour le bien être commun. Je présume que cela fait de moi une emergeologue .

    • brunomarion 29/07/2021   Reply →

      Merci beaucoup !

      J’adore cette idée des 40 ans qui font le lien entre les plus agés et le plus jeunes !!!

      Et bienvenue dans la tribu des émegeologues 🙂

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.