fbpx

Coronavirus, quelle crise ?

Coronavirus, quelle crise ?

En tant que spécialiste du chaos, de l’incertitude, des crises, et de la résilience, j’ai beaucoup lu, réfléchi, consulté, échangé sur la situation suite au Coronavirus SARS-CoV-2.

J’ai partagé ma vision et mes insights avec ma famille, ma famille étendue, et mes clients, et du coup j’ai décidé de partager avec vous ma vision de la situation actuelle et quelques conseils pratiques.

C’est parti !

Tout d’abord les basiques :

Dans mes conférences, j’ai coutume de prendre l’image du ferroviaire pour le monde d’avant et de la navigation en mer pour le monde d’aujourd’hui, chaotique et incertain. Alors une crise c’est un peu la navigation… en pleine tempête !

Aussi, avant de voir comment analyser la crise actuelle et de voir comment s’y préparer, il faut tout d’abord vérifier que tout est en ordre sur le bateau… et dans la tête du skipper !

  1. Être clair avec, sa vision, son rêve (“l’attracteur étrange” des théories du chaos). C’est dans la tempête qu’il est indispensable d’être clair sur où on veut aller et sur ses valeurs. Relisez vos rêves si vous les avez déjà écrit. Mettez les à jour. Partagez les avec vos proches et/ou vos collègues si c’est approprié.
    Être clair sur vos rêves et vos valeurs vous aidera grandement à prendre les bonnes décisions dans le chaos.
    Et si vous n’êtes pas clair sur vos rêves, arrêtez immédiatement de lire ce mail, partez marcher dans la nature et posez-vous la question “où est-ce que je veux être dans un an ? Dans dix ans ? Qu’est ce que je veux avoir réalisé ? Et pas de stress, si vous n’avez pas de réponse aujourd’hui, recommencez demain 🙂
  2. Faire le point sur ses routines. Dans la tempêtes, les petits détails font souvent la différence (“l’effet papillon” dans les théories du chaos). C’est un peu l’équivalent de nettoyer son bateau tous les jours, vérifier les voiles et de bien tout attacher avant la tempête. Dans mon cas, c’est en temps de crise que je maintiens tout particulièrement mes routines matinales quotidiennes (méditation, lecture, relire mes rêves, ne pas regarder mes mails avant 11h). Cela m’aide à garder du recul pour analyser la situation et prendre les bonnes decisions.

Se poser les bonnes questions (et mes réponses) :

J’utilise la grille de lecture géniale du spécialiste de la gestion des crises Patrick Lagadec. Je l’ai rencontré il y a 30 ans et j’apprécie sa capacité à avoir su faire évoluer sa vision, sa compréhension et ses conseils sur les crises.

  • De quoi s’agit-il ? Quelle est la vraie nature de cette crise ? Ma réponse : il s’agit d’une crise économique et d’une crise politico-sociale. Il ne s’agit pas ou plus d’une crise de santé. C’est donc à une crise économique et sociale que je me prépare (voir ci-dessous)
  • Quels sont les pièges ? Dans mon cas, j’ai identifié : la panique, le déni, la colère, la paralysie ou au contraire sur-réagir, se laisser envahir d’informations, écouter en boucle les mêmes infos
  • Avec qui on va travailler ? Quelles sont les amis, les collaborateurs, les partenaires, clients, fournisseurs avec qui je vais pouvoir discuter et créer des solutions innovantes et adaptées ? Je me suis créé ma Force de Réflexion Rapide : quelques personnes avec qui je suis en contact régulier pour échanger et réfléchir ensemble et avec qui j’échange quotidiennement sur le sujet
  • Si vous avez une idée, merci ! Les bonnes idées peuvent venir de partout, de tout le monde et pas forcément des spécialistes ou des “chefs”. Je veille personnellement à faire preuve d’une grande humilité dans mes discussions et échanges. Ce n’est pas parce que je suis un “spécialiste du chaos, des crises et de la resilience” que c’est moi qui vais avoir les bonnes idées…

Les bonnes informations

J’utilise aussi un process qu’avait partagé avec moi Patrick Lagadec lors d’une conversation après les attentats du Bataclan à Paris :

  • Je vais chercher l’information. Ce n’est pas l’information qui vient à moi. Je prépare une liste de questions auxquelles j’aimerai avoir des réponses (moins de 10 questions) et je consulte un nombre limité de médias (aucun média social comme Facebook ou Twitter !) pour tenter d’avoir des réponses à ces questions. Je consulte ces medias régulièrement (tout change très vite) mais pas trop souvent pour ne pas me mettre en état d’excitation permanente.
    Dans mon cas une à deux fois par jour maximum je consulte The Guardian (vue étrangère et globale) et Le Monde (vision française) et un journal local selon où je suis. Je suis les posts de Patrick Lagadec et quelques sites “experts”.
    Je consulte et je reste en contact régulier avec ma Force de Réflexion Rapide.

J’observe qu’en opérant ainsi j’ai largement assez d’information pour prendre les bonnes décisions tout en gardant la tête froide

Quelques conseils pratiques :

  • BRACE FOR IMPACT : c’est l’expression des compagnies aériennes anglo-saxonnes pour vous dire de vous préparer à l’atterrissage d’urgence. Je pense que nous entrons dans une crise économique majeure et qui peut durer. Celle-ci va entrainer une baisse de l’activité significative dans de nombreux secteurs dès aujourd’hui : annulations d’évènements, salons, évènements sportifs, interdictions de déplacements dans de nombreuses entreprises, effondrement du tourisme, rupture des chaines logistiques, défaillances de fournisseurs, tensions et mise en danger des systèmes de santé…Pouvez-vous reporter les investissements non-essentiels personnels ou pour votre entreprise ? Où en est votre trésorerie ? Pouvez-vous gérer votre activité depuis votre domicile et comment ? Comment assurer la survie de votre activité si votre chiffre d’affaires diminue de XX% ? Quels sont vos fournisseurs alternatifs ? Pouvez-vous mettre en place de nouvelles chaines logistiques ? Etc.
  • On vous le repète à toutes les occasions déja : lavez-vous les mains et si vous n’en avez pas la possibilité, utilisez si possible un gel hydroalcool
  • Ne serrez plus la main, ne faites plus la bise… et soyez créatif pour trouver d’autres gestes de convivialité ou d’amitié. Le rire et l’humour sont aussi contagieux 🙂
  • Vérifier et complétez vos stocks d’eau, de nourriture, éventuellement de médicaments, de nourriture pour vos amis à poils, de produits ménager, etc. pour une à deux semaines d’autonomie
  • Si vous n’en avez pas encore, amusez vous à faire un “go bag” avec vos proches
  • Ayez un peu d’argent liquide chez vous
  • Ayez une preuve de domicile pour pouvoir rentrer chez vous en cas de contrôle par les forces de l’ordre (cf Wuhan ou l’Italie)
  • Commencez un “journal de bord” où vous pouvez noter toutes vos questions, vos actions, vos doutes. Cela vous aide à garder là encore du recul et cela vous servira plus tard pour trouver les “leçons” de cette expérience
  • Avec votre famille ou si vous managez une ou des équipes, soyez transparents, partagez vos informations, vos doutes, vos peurs. Cela contribue à maintenir ou construire un élément essentiel en cas de crise, de tempête sur le bateau : la confiance
  • Prenez soin de vous : sommeil, alimentation, condition physique, stress
  • Programmez des moments de “vide” dans la tempête : méditation, marche dans la nature, lecture, instants plaisir…

Comment profiter de la crise ?

Et n’oubliez pas de vous poser les questions suivantes qui sont essentielles pour votre resilience, celle de vos proches et de votre communauté :

  • Comment je pourrais profiter de cette crise ? Par exemple, lire un bon livre, faire une formation en ligne, me perfectionner dans un domaine que j’aime, reprendre  contact avec des amis…
  • Qu’est ce que je peux faire dans ce moment exceptionnel que je ne pourrais pas faire en temps normal ? Je propose des formats à distance à mes clients et partenaires. Je profite du temps libéré en cas d’annulation de conférence pour revoir mon site web (lien), mes outils de communication, réfléchir sur mes contenus…
  • Comment est-ce que je peux aider les autres, mes proches, ma communauté, le monde ? J’appelle régulièrement ma famille, mes proches pour prendre de leurs nouvelles, partager mon analyse et mes conseils. Et je vous envoie ce mail pour partager mes idées. À titre de contre exemple, j’ai un ami qui a été “mis en quarantaine” par son entreprise (une des plus grosses entreprises françaises) suite à une semaine de vacances en Asie. À ce jour, après plus d’une semaine, aucune personne de sa hiérarchie ou du service médical ne l’a appelé pour prendre de ses nouvelles (il va très bien)

En resumé, n’oubliez pas vos rêves, vérifiez que tout est prêt à bord de votre bateau, occupez vous des autres… et surfez joyeusement sur le tsunami des changements !

Et vous, comment gérez-vous cette crise ? Est-ce que vous considérez que c’est une crise ? Dites-moi dans les commenatires 🙂

You may also like

Leave a comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.