Vivre ensemble : Que nous apprend le vivant ?

Vivre dans un environnement chaotique : la nature le fait depuis toujours !

Le vivant a su s’adapter depuis des millénaires pour survivre, se développer et évoluer dans des environnements naturellement chaotiques et turbulents. Aussi, observons les principales caractéristiques de chaque cellule, élément de base du vivant, qui ont permis cet exploit.

Un but plus élevé

Une cellule accepte de travailler pour le bien-être et la survie de l’ensemble du corps d’abord, et pour ses propres intérêts en second seulement. La cellule est prête à se sacrifier et à mourir pour protéger ou assurer le développement de l’ensemble. Chacune de nos cellules ne vit ainsi qu’une fraction du temps de ce qui va être notre vie. L’égoïsme n’est pas une option viable.

Échange

Une cellule est toujours en contact et en communication avec les autres cellules. Des molécules messagères se promènent dans tout le corps pour informer de ce qui se passe même dans les endroits les plus éloignés. L’absence d’échange et de communication n’est pas une option viable (merci internet, Twitter, Skype, Viber, Facebook, Whatsapp, etc.)

Conscience

Une cellule est consciente de chaque instant. Elle est capable de s’adapter à tous changements de circonstances, même soudains, et d’y répondre de manière adéquate. Être enfermé dans des habitudes immuables n’est pas une  option viable (êtes vous prêt à apprendre à apprendre, apprendre à désapprendre, et apprendre à réapprendre ?)

Altérité

Une cellule accepte et reconnait l’importance de tous les autres types de cellule. Chaque fonction du corps est importante et interdépendante. Jouer en solitaire n’est pas une option viable (et célébrons la diversité !)

Créativité

Même si chaque cellule a un rôle bien déterminé, les différents rôles se combinent de manière créative. Ainsi, nous sommes capables de digérer de la nourriture que nous mangeons pour la première fois de notre vie, de danser une danse inconnue et surtout d’avoir des idées jamais pensées précédemment. La routine et l’absence de créativité ne sont pas des options viables (comment développez-vous votre flexibilité et votre créativité ?)

Être

Une cellule sait simplement être. Elle sait respecter les cycles d’activité et de repos. Sans sommeil, la cellule et le corps meurent. La cellule sait respecter le silence. Le repos et le silence sont une part essentielle de la vie. L’activité obsessionnelle, physique ou mentale, n’est pas une option viable (avez-vous fait votre méditation quotidienne ?)

Efficacité

Une cellule fonctionne avec le minimum nécessaire d’énergie. Elle en stocke également une très faible quantité, l’équivalent de trois secondes d’alimentation. Elle fait complètement confiance à l’ensemble pour lui fournir ce dont elle a besoin. Une consommation excessive de nourriture, d’eau, d’énergie n’est pas une option viable (connaissez-vous votre empreinte écologique ?)

Le lien

Au-delà des différences et des spécificités, une cellule sait qu’elle partage le même ADN que ses congénères. Les cellules du foie sont différentes de celles du cœur. Les cellules de la peau sont différentes de celles du cerveau. Mais elles savent toutes qu’elles partagent une même identité qui les transcende. S’exclure de la communauté n’est pas une option (combien avez-vous d’amis sur Facebook ?)

Le don

L’activité essentielle de la cellule, c’est le don qui permet l’existence des autres cellules et l’intégrité de l’ensemble. Il y a un engagement total pour le don qui est la moitié du cycle naturel avec l’autre moitié : recevoir. La thésaurisation, la pingrerie ne sont pas des options viables (connaissez-vous l’économie du don ?)

Immortalité

La cellule se reproduit pour transmettre son savoir, son expérience et ses talents. Elle ne conserve rien pour elle et transmet tout à ses descendants. C’est comme cela qu’elle atteint une forme d’immortalité. La guerre des générations n’est pas une option viable (combien de temps passez-vous à transmetrte vos connaissances aux jeunes générations ?)

Alors, on essaie ?

Demandons-nous si nous pourrions être comme les cellules, non pas cette fois à l’échelle de cellules dans un corps, mais à l’échelle d’êtres humains et de l’humanité. Alors, nous pourrions, naturellement et instinctivement trouver les moyens non seulement de survivre, mais surtout de vivre et de s’épanouir individuellement et collectivement à l’échelle de l’humanité. Nous réussirons alors l’émergence décrite par les théories du chaos. Nous serons ainsi capables de réaliser notre propre métamorphose et la métamorphose de l’humanité vers un système plus complexe et plus harmonieux où chacune, chacun, trouverait naturellement, organiquement, sa place. Alors, on essaie ?

You may also like

Leave a comment