Il fait travailler les enfants !!!

Adriaan Wagenaar assiste les entreprises avec l’aide des enfants !

J’ai rencontré Adriaan Wagenaar à Amsterdam. Avec Open minds Open World, Adriaan aide les entreprises à trouver de nouvelles idées, de nouveaux produits et services avec l’aide des enfants. Tout cela, au profit des entreprises, des écoles et aussi des enfants bien sûr 🙂

C’est l’une des idées et aussi l’un des projets les plus futuristes que je n’ai jamais vu !

Adriaan nous donne aussi cinq conseils pratiques pour résister à l’épreuve du temps.

Les enfants et les entreprises travaillent ensemble

Avec Open Minds, Open World, je rassemble les enfants et les entreprises pour qu’ils puissent travailler ensemble, afin de gérer les problèmes au sein des entreprises. A travers la perspective des enfants, j’aide  les gens à développer leur esprit ouvert, leur imagination, et leur ressources afin qu’ils puissent explorer de nouvelles opportunités, dans des situations où d’autres personnes diront : « Ce n’est pas possible. Nous ne faisons pas cela ici. »

Conversation Socratiques

Je travaille avec des enfants de 10 à 12 ans et j’utilise la technique basée sur les conversations Socratiques. Dans cette conversation, les questions sont plus importantes que les réponses. A l’école par exemple, les enfants apprennent à créer des réponses aux questions telles que : «  quel âge as-tu ? » et ils répondent aux questions. Mais, moi ce que j’apprends aux enfants c’est de poser de bonnes questions et de développer des idées sur la question. Par exemple : «  Et si il existait des magasins à bonheur ? Qu’est ce qu’on pourrait vendre dans ce magasin ? » Ou bien : «  si tu avais une carte bancaire, avec laquelle tu pourras payer avec du bonheur, comment est-ce que tu pourrais recharger la batterie? Comment tu pourrais recharger ta carte bancaire ?” . Ces genres de questions.

Mélanger les Managers et les enfants

A un moment donné, ils travaillent ensemble, mais je commence toujours les sessions avec l’équipe managériale, afin de développer les bonnes questions. C’est-à-dire, quelles sont les plus gros problèmes qu’ils voudront résoudre, et ceux qui leur est le plus difficile à résoudre pour le moment.

Par exemple, à propos des  soins de santé locaux. Comment peut-on organiser la communauté locale à prendre soin les uns des autres, au lieu de faire confiance à des compagnies d’assurance, ou de leur entreprises sanitaire, pour résoudre ce genre de situation ?

Qui est le plus important, un ami ou un étranger?

Il s’agit de développement communautaire, et surtout de ce dont la communauté a besoin pour créer ce mouvement au niveau local. Si je traduis cette question aux enfants, je dirai, par exemple : «  qu’est ce qui est plus important dans la vie pour toi, un ami ou un étranger ? » c’était fascinant parce que la réponse des enfant était : «  un étranger, puisque quand je serai à l’extérieur, et que je tombe de ma bicyclette, il n’y a pas toujours d’amis pour m’aider, mais il y aura toujours des étrangers, et il y a plus d’étrangers autour que d’amis, donc, il faut se préoccuper plus des étrangers. Aussi parce que, la plupart du temps, ce sont eux qui nous aident et nous sommes des étrangers pour eux, donc on aide les autres personnes.

Comment entrer en contact avec des étrangers ? telle est la question qui est ressortie de cette session, et c’est la question que j’ai présenté dans les idées pour les compagnies d’assurances de soins de santé locaux, et les entreprises de santé qui voulaient créer une vision et plus d’idées sur les soins de santé locaux.

Par exemple, si Ils développent un marché local de soins de santé, ou ce genre d’outils de navigation, où et comment cela marchera ? Maintenant, ils considèrent l’idée de mettre en place ce genre de navigateur en ligne, puisque beaucoup de gens peuvent se démarquer des autres.

Par exemple, je ne te connaissais pas avant aujourd’hui, mais peut être que tu es un grand enseignant plein d’esprit, et j’ai besoin de gens plein d’idées dans ma vie en ce moment parce que je suis vraiment stressé, ou bien j’ai juste peur de perdre mon emploi, donc ce serait une bonne chose de rester en contact avec toi. Ce navigateur m’aide à te trouver et à prendre contact avec toi dans le site web de la compagnie d’assurance, sans que ces derniers aient à vendre des produits d’assurance. Leurs rôles ont changé. C’est ce que les enfants sont capables de faire pour les entreprises.

Qui sont ces enfants?

Le groupe idéal est constitué de 10 enfants. J’appelle juste des écoles et depuis les 15 dernières années  que je travaille sur ce projet, beaucoup d’écoles me contactent pour demander s’ils peuvent participer à ce projet. Je me mets en contact avec ces écoles et je leur demande s’ils peuvent participer au programme, et ils touchent de l’argent pour cela. Ils reçoivent des frais venant du projet, comme bonus pour leur participation ;

Pour les enfants, c’est juste une partie de leur programme scolaire, mais ils aident l’école financièrement, vu qu’ils gagnent de l’argent pour acheter des équipements philosophiques.

Et cela reste une expérience fabuleuse pour les enfants.

Une école et un projet d’entreprise

La première session se déroule avec les managers, puis 4 ou 5 sessions avec les enfants, où ils font de la philosophie, où ils créent et construisent des choses. Ils enquêtent et recherchent dans leur propre environnement. Ils demandent aux parents, aux personnes dans la rue, puis ils viennent avec un prototype. Cela peut être des choses qu’ils ont fait à partir de boites à chaussures, ou des choses sur lesquelles ils ont travaillé sur ordinateur, ou un jeu sur ordinateur, peu importe. Et puis, ils le présentent durant la session finale à l’équipe de management et aux autres participants qui sont invités. C’est l’endroit où encore, je fais une session de philosophie avec l’audience. Les enfants sont en pole position, parce qu’ils sont déjà préparés à présenter leurs résultats.

Il faut que je les prépare à les rendre plus à l’aise pour cela. Les enfants doivent être eux même, et c’est mon travail durant cette session. J’aide les enfants à être plus sûrs d’eux même d’une part, et de l’autre, j’aide les manager à ouvrir leurs yeux et leur esprit pour de nouvelles perspectives.

Philosophes et enfants

J’espère que beaucoup de personnes vont suivre cet exemple, parce qu’il y a des philosophes qui travaillent avec des enfants. Une des principales raisons de cela au début était de les aider, mais aussi afin de créer des emplois car c’est très difficile de trouver du travail en tant que philosophe dans les écoles primaires.

L’autre partie du travail consiste à traduire cela dans le monde du business. Nous pouvons lire des livres sur ce dont les entreprises ont besoin de nos jours, et ils disent que nous avons besoin de  créativité, de travail avec l’esprit ouvert, d’utiliser l’imagination.

La vérité qui dérange

Un des plus grands malentendus au sein de notre société c’est que nous pensons que nos enfants apprendront beaucoup quand ils iront à l’école, mais nous ne réalisons pas que les enfants cessent d’apprendre quand ils vont à l’école. Les enfants arrêtent de développer les qualités qu’ils ont eues avant d’aller à l’école, c’est-à-dire leur créativité, leur esprit ouvert, leur confiance en leur propre raisonnement et leur façon de penser.

L’autre facette de la dite vérité qui dérange est quand nous commençons à travailler dans les entreprises. La situation est similaire à celle des enfants à l’école. Nous commençons enthousiastes, avec pleins d’idées. Mais quand nous commençons à travailler les gens disent : « Non, nous ne faisons pas cela de cette façon»

La plupart des gens en entreprises commencent à se décourager, et à voir petit au lieu de voir grand. Donc, ce qui arrive aux enfants arrivent aussi aux gens des entreprises. Je vois cela comme une mission, qui consiste à  rassembler les enfants et les entreprises et à les aider à revitaliser les qualités qu’ils ont déjà. On n’a pas à apprendre de nouvelles choses, on doit juste se souvenir des choses que l’on sait déjà.

Qu’est ce qui est plus important : Le passé ou le futur?

C’était pour un groupe financier, et nous avons parlé du futur. La question philosophique était : «  qu’est ce qui est plus important, le passé ou le futur ? » c’est une question philosophique parce qu’il n’y a pas de bonnes ou de mauvaises réponses. Certains enfant ont dit : «  le passé est plus important parce que nous possédons notre passé. » d’autres ont dit, « le futur est important parce que le futur est la seule chose que l’on a. Il n’y a pas de passé. Le passé est comme un cookie, nous mangeons le passé, et puis c’est tout ». Le futur est la seule chose qui est disponible.

Puis d’autres enfants ont commencé à réagir là-dessus, et ont dit : «  Non, je pense que le passé n’est pas fixé. Je pense que le futur est fixe. » Je veux dire je sais, je prédis qu’après 20 ans, je peux toujours m’appeler Adriaan et je peux prédire exactement mon âge. Je peux prédire que j’aurai un travail, et que j’aurai une voiture. Cela est fixe. Le passé est différent, je peux penser à des choses différentes du passé. Je regarde une photo de moi quand j’étais un bébé et je pense : « oh oui, c’était moi »

Le futur est fixe, puis l’un des enfants a dit, et le moment a été magique : «  Je ne suis pas d’accord. Je ne pense pas que le futur est fixe, parce que tu ne sais pas quand tu vas mourir. Si je me lève de cette chaise, et si je pars de ce côté, il y a un fil électrique et je peux tomber et peut être que je serai mort, électrocuté, mais je peux aussi partir  de l’autre côté et puis rien ne va arriver ». Et puis le petit garçon ajouta : « je pense que le futur peut changer, avec tous mes faits et gestes. Si je vais de ce côté je vais mourir, mais si je vais de l’autre, j’aurai une vie différente. »

Cette perspicacité a été incroyable, pour les managers, pour l’équipe marketing qui étaient assis dans la salle et qui écoutaient la discussion. Quand nous pensons à créer de nouveaux produits financiers ou des produits liés à la retraite, nous pensons que les gens sauront exactement où seront-ils dans 20 ans. Mais que se passerait-il si les gens changent le cours de leurs vies ? Et si ils étaient des directeurs marketing maintenant, et qu’ilsdémissionnent de leur travail pour aller en Afrique et pour travailler dans un petit village pour aider les gens là-bas, ou bien si ils ouvraient un hôtel en France et ont une vie totalement différente avec une perspective totalement différente ? Quel genre de services devrons-nous offrir pour les gens qui bougent et changent la donne à chaque fois ? Seront nous capable d’être présent pour ces gens, et seront nous capables de leur offrir nos services ?

Donc, je trouve que c’est génial que je puisse avoir ces personnes à penser à leurs produits et services, ainsi que leur importance juste à cause des idées de ce garçon de 10 ans.

Les cinq conseils les plus importants pour résister à l’épreuve du temps

Voilà ce que j’ai appris après 15 ans à travailler avec les enfants et les managers

  1. N’arrêtez pas de penser grand. Au lieu de voir la réalité, vous devez toujours être ouvert pour le potentiel, donc le potentiel de ce qui se passe.
  2. Puis pensez petit. Cela est vraiment paradoxal. Cela sonne comme un paradoxe, et ça l’est, mais quand tu as un rêve, et quand tu vois tes possibilités, le potentiel des choses, il faut immédiatement commencer à voir les petits signes qui sont déjà là, que vous allez ignorer au contraire. C’est la deuxième étape, penser petit et soyez prêts et disponible pour les petits signes qui sont déjà dans votre environnement, près de toi, ils sont devant nos yeux.
  3. Changez les idées négatives en pensées constructives. Les choses comme « je ne peux pas le faire je suis trop vieux, ou trop jeune. Je n’ai pas les bonnes expériences ». Changez cela en pensée qui vous aidera à voir le monde différemment. C’est le troisième principe : faire face aux pensées négatives.
  4. Créer un environnement constructifet organiser un environnement qui vous aidera à réaliser vos rêves, vos potentiels. Si vous voyez grand, si vous voyez votre potentiel, si vous voyez les petits signes, si vous êtes capable de transformer vos pensées négatives en pensées constructives et positives, vous pouvez déjà voir un environnement constructif qui est déjà là. Cela se trouve autour de vous, il faut juste mettre la main dessus.
  5. Créez des petites étapes pour faire de grands changements. La petite étape que vous pouvez imaginer. Puis, invitez les autres à travailler avec vous, à être avec vous, à vous aider à créer un grand changement et à faire de ces rêves une réalité.

Vous pouvez contacter Adriaan Wagenaar via Open Minds Open World.

Regarder la vidéo de l’interview (en anglais)

You may also like

Leave a comment